Jean-Christophe Grangé

Jean-Christophe Grangé

L’auteur

Après une maîtrise de lettres en Sorbonne, Jean-Christophe Grangé devient rédacteur publicitaire puis, âgé de 28 ans, il rencontre le photographe Pierre Perrin1 qui le forme au journalisme. En 1989, cette collaboration commence par un reportage d’une année sur les derniers peuples nomades à travers le monde et se poursuit durant une dizaine d’années. Ensemble, Grangé et Perrin réalisent de nombreux reportages qu’ils vendent ensuite à des magazines tels que Paris Match, le Sunday Times ou le National Geographic.

Les deux journalistes sont indépendants et financent eux-mêmes leurs voyages. Ils produisent ainsi quelques reportages dans les années 1990 (constituant une importante source d’inspiration pour les écrits littéraires de Grangé) et remportent notamment le Prix Reuter ([1991) avec Péril en la forêt (sur la déforestation dans le monde) et le Prix World Press (1992) avec La Balade du cormoran (sur la peuplade chinoise qui utilise cet oiseau pour pêcher).

En 1994, Jean-Christophe Grangé écrit son premier roman Le Vol des cigognes. Toutefois, son second roman paru en 1998, les Rivières pourpres, devient numéro 1 des ventes. L’année suivante, Albin-Michel réédite Le Vol des cigognes qui rejoint à son tour le palmarès des meilleures ventes. En 2000, Les Rivières Pourpres sont adaptées au cinéma sous la réalisation de Mathieu Kassovitz. Nouveau succès : le film dépasse les 3,5 millions d’entrées en France.

Le vol des cigognes

( 1994)

Un ornithologue suisse est trouvé mort d’une crise cardiaque… dans un nid de cigognes. Louis, l’étudiant qu’il venait d’engager, décide d’assumer seul la mission prévue : suivre la migration des cigognes jusqu’en Afrique, afin de découvrir pourquoi nombre d’entre elles ont disparu la saison précédente…
Parmi les Tsiganes de Bulgarie, dans les territoires occupés par Israël, puis en Afrique, Louis court d’énigme en énigme et d’horreur en horreur : observateurs d’oiseaux massacrés, cadavres d’enfants mutilés dans un laboratoire… Les souvenirs confus de son propre passé –ses mains portent des cicatrices de brûlures depuis un mystérieux accident– se mêlent bientôt à l’enquête…
Suspense, imagination, vérité documentaire : ce thriller captivant, véritable coup de maître, est le premier roman de l’auteur des Rivières pourpres.

Les rivières pourpres

(1998)

Un cadavre, horriblement mutilé, suspendu entre ciel et terre dans les montagnes de la région grenobloise. Une tombe, celle d’un petit garçon, mystérieusement «visitée» pendant la nuit, cependant que les dossiers le concernant disparaissaient de son école. Deux énigmes, que vont s’attacher à résoudre deux flics hors normes : Pierre Niémans, policier génial, dont les méthodes peu orthodoxes ont compromis la carrière. Et Karim Abdouf, l’ancien délinquant devenu flic, dont la couleur de peau et les dreadlocks suscitent plutôt la défiance dans le trou de province où on l’a nommé… Les deux affaires vont se rejoindre, et les deux hommes se reconnaître. Ensemble, ils vont remonter vers le terrifiant secret des rivières pourpres. Un secret qui ne nous sera livré quaux dernières pages de ce thriller exceptionnel, dû à l’auteur du Vol des cigognes et porté à l’écran par Mathieu Kassovitz.

Le Concile de Pierre

( 2000 – Fantastique )

Un enfant venu du bout du monde dont le passé mystérieux resurgit peu à peu. Des tueurs implacables lancés à sa poursuite. Une femme prête à tout pour le sauver. Même au prix le plus fort.
Un voyage hallucinant jusqu’au cœur de la taïga mongole. Là où règne la loi du Concile de pierre : celle du combat originel, quand l’homme, l’animal et l’esprit ne font plus qu’un. Tous prêts à l’apocalypse.
Avec ses deux premiers romans, Jean-Christophe Grangé avait déjà stupéfié jusqu’aux plus grands maîtres américains (plus de vingt traductions dans le monde entier) et provoqué l’enthousiasme des cinéastes : productions internationales et budgets records pour les adaptations des Rivières pourpres et du Vol des cigognes.
Egalement en cours d’adaptation pour le cinéma, Le Concile de pierre va encore plus loin. Il «explose»  littéralement les limites du thriller traditionnel.

L’empire des loups

(2003)

Anna découvre un jour avoir subi une chirurgie esthétique dont elle n’a aucun souvenir. Pendant ce temps, deux policiers parisiens enquêtent sur les « Loups gris » et vont bientôt croiser sa route…

Tout avait commencé avec la peur.
Tout finirait avec elle.


La Ligne noire

( 2004 – Trilogie du Mal)

Il existe, quelque part en Asie du Sud-Est, entre le tropique du Cancer  et la ligne de l’équateur, une autre ligne.
Une ligne noire jalonnée de corps et d’effroi…

Le serment des limbes

( 2007 – Trilogie du Mal )

Le serment des limbes

Quand on traque le diable en personne, jusqu’où faut-il aller ?

La forêt des mânes

( 2008 – Trilogie du Mal )

La forêt des mânes

Jeanne Korowa n’a fait qu’une erreur. Elle cherchait le tueur dans la forêt. C’était la forêt qui était dans le tueur comme l’enfant sauvage au fond de l’homme.

Miserere

(2008)

Miserere

CE SONT DES ENFANTS. ILS ONT LA PURETÉ DES DIAMANTS LES PLUS PARFAITS. AUCUNE OMBRE. AUCUNE INCLUSION. AUCUNE FAILLE. MAIS LEUR PURETÉ EST CELLE DU MAL.

C’est toujours un piège d’ouvrir un roman de Jean-Christophe Grangé. On se dit qu’on va juste en humer les premières pages et puis, bing !, en un clin d’oeil, vous voilà pris au piège, cramponné au fort volume qui fi le à cent à l’heure. AL. F., Livres Hebdo.

Il y a là de quoi leurrer les plus éprouvés des lecteurs de Grangé. Et assez d’ombre pour les contenter. Alexis Brocas, Le Figaro Magazine.

Le passager

(2011)

Le passager

Je suis l’ombre. Je suis la proie. Je suis le tueur. Je suis la cible. Pour m’en sortir, une seule option : fuir l’autre. Mais si l’autre est moi-même ?…Grangé a le chic, en construisant avec une minutie d’horloger son intrigue au long cours, de rendre crédible ce que son imagination débordante invente de façon totalement débridée. Bravo l’artiste ! Blaise de Chabalier, Le Figaro littéraire. 
Diaboliquement construit suivant le principe des poupées russes, Le Passager se dévore avec un mélange d’effroi et de jubilation. Grangé explore la frontière ténue qui sépare la raison de la folie. Celle floue entre le bien et le mal. Il nous entraîne vers des abîmes d’autant plus angoissants qu’il les a puisés dans l’ordinaire – à peine exagéré – de la société contemporaine et ses dérives. Hubert Lizé, Aujourd’hui en France.

Kaïken

(2012)

Kaiken

Quand le Soleil Levant devient un Soleil Noir, Quand le passé devient aussi tranchant qu’une lame nue, Quand le Japon n’est plus un souvenir mais un cauchemar, Alors, l’heure du kaïken a sonné.

Olivier Passan, de la Criminelle, est lancé dans la traque d’un insaisissable meurtrier, l’Accoucheur, qui éventre des femmes au terme de leur grossesse pour tuer leur bébé. Dans le même temps, ce flic tourmenté cherche à comprendre les raisons du naufrage de son couple : Naoko, sa femme japonaise, a demandé le divorce. L’histoire personnelle de Passan trouve des similitudes dans celle du serial killer, sorte de double monstrueux. Passan devra aller jusqu’à Tokyo chercher la clé de l’énigme…

Dans ce thriller ambitieux, où le Japon occupe une place prépondérante, Grangé confère à ses héros une surprenante densité psychologique. Grangé a le chic de rendre crédible ce que son imagination débordante invente de façon totalement débridée. Le Figaro.

Lontano

(2015)

Le père est le premier flic de France. Le fils aîné bosse à la Crime. Le cadet règne sur les marchés financiers. La petite sœur tapine dans les palaces. Chez les Morvan, la haine fait office de ciment familial. Pourtant, quand l’Homme-Clou, le tueur mythique des années 1970, ressurgit des limbes africains, le clan doit se tenir les coudes. Sur fond d’intrigues financières, de trafics miniers, de magie yombé et de barbouzeries sinistres, les Morvan vont affronter un assassin hors norme, qui défie les lois du temps et de l’espace. Ils vont surtout faire face à bien pire : leurs propres démons.
Les Atrides réglaient leurs comptes dans un bain de sang. Les Morvan enfouissent leurs morts sous les ors de la République.

Avec cette saga familiale hallucinante, Jean-Christophe Grangé livre un récit puissant. Hubert Lizé, Le Parisien.

Envoûtant. Nathalie Dupuis, Elle.

Congo Requiem

(2016 – Suite de Lontano)

On ne choisit pas sa famille mais le diable a choisi son clan.
Alors que Grégoire et Erwan traquent la vérité jusqu’à Lontano, au cœur des ténèbres africaines, Loïc et Gaëlle affrontent un nouveau tueur à Florence et à Paris.
Sans le savoir, ils ont tous rendez-vous avec le même ennemi. L’Homme-Clou.
Chez les Morvan, tous les chemins mènent en enfer.

Intrigue haletante, rebondissements incessants et imprévisibles, tension constante… Jonglant entre passé et présent, la suite survoltée et diabolique de Lontano tient mieux que ses promesses  !

Une véritable toile d’araignée où dominent la peur, la violence et le mensonge. L’auteur se plaît à mêler politique et thriller, horreur et sociologie.  Christine Ferniot, Lire.

Plus qu’un simple polar, ce grand roman va vous aspirer et vous enivrer.  Yves Quitté, France dimanche.

La Terre des morts

(2018)

Quand le commandant Corso est chargé d’enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses, il pense avoir affaire à une traque criminelle classique.
Il a tort : c’est d’un duel qu’il s’agit. Un combat à mort avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre, débauché, assassin.
Mais ce duel est bien plus encore : une plongée dans les méandres du porno, du bondage et de la perversité sous toutes ses formes. Un vertige noir dans lequel Corso se perdra lui-même, apprenant à ses dépens qu’un assassin peut en cacher un autre, et que la réalité d’un flic peut totalement basculer, surtout quand il s’agit de la jouissance par le Mal.

Un thriller sous haute tension. Âmes sensibles s’abstenir ! Bruno Corty, Le Figaro.

L’écrivain joue avec nos nerfs. De la première à la dernière page, l’enquête nous tient en haleine. Virginie Picat, Gala.

La dernière chasse

(2019)

En Forêt noire, la dernière chasse a commencé… Et quand l’hallali sonnera, la bête immonde ne sera pas celle qu’on croit.

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*