La SF, un genre qui se décline

Si vous parcourez des sites ou des groupes parlant de bouquins, vous vous êtes rendus compte que la S.F. comporte plusieurs sous-genres. Si vous n’êtes pas fan, vous ne comprenez peut-être pas ce qu’est une dystopie, ou un roman d’anticipation. Je vous invite à découvrir ces différents sous-genres :

Anticipation.
L’auteur d’un roman d’anticipation tente d’imaginer ce qu’il adviendra de notre civilisation dans un futur plus ou moins proche.
Ces romans s’inscrivent dans un schéma de rationalité scientifique, et prévoient le futur comme une accentuation des découvertes scientifiques. Ces romans décrivent aussi la situation sociale et politique issue des bouleversements techniques.

Dystopie.
Sous-genre de l’anticipation, la dystopie aussi appelée contre-utopie est désormais considérée comme un genre à part entière. La dystopie décrit un monde imaginaire organisé de telle façon que les gens n’arrivent pas à y trouver le bonheur. Ça peut-être, par exemple mais pas obligatoirement, une utopie qui vire au cauchemar. Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley et 1984 de George Orwell sont des dystopie cultes.

Post-apocalyptique.
L’auteur décrit un monde où la civilisation a été presque entièrement détruite par un phénomène naturel ou non : collision avec une météorite, guerre nucléaire, virus ou autres calamités. Les thèmes sont la survie, le nouveau départ en évitant les erreurs du passé, ou la fin du monde. Dans le genre, La Planète des Singes de Pierre Boulle, Malevil de Robert Merle.

Hard SF
Ce genre se caractérise par la crédibilité des avancées technologiques décrites, en détail, dans les romans du genre. L’intérêt des romans de hard SF réside souvent dans l’utilisation surprenante des techniques présentées. Par exemple, La Trilogie martienne de Kim Stanley Robinson.

Space Opera
Le space opera est l’un des genres les plus populaires de science-fiction. Il désigne des récits qui se déroulent dans un avenir lointain où l’humanité s’est dispersée dans l’espace.  Le space opera rime avec exploration spatiale à grande échelle, guerres intergalactiques entre des civilisations provenant de différentes planètes.  Par exemple Le Monde des Non-A de A.E. Van Vogt.

Uchronie
Dans la fiction, l’uchronie est un genre qui repose sur le principe de la réécriture de l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé. L’auteur d’une uchronie prend comme point de départ une situation historique existante et en modifie l’issue pour ensuite imaginer les différentes conséquences possibles.  Exemple : La Brèche de Christophe Lambert.

CyberPunk
Le cyberpunk décrit une société où la technologie et l’informatique prennent le pas sur l’humain. On imagine des hackers branchés en permanence sur le net grâce à des connexions neurales, ou alors l’omni-présence des robots et de l’intelligence artificielle dans notre quotidien. 
Les mondes cyberpunks sont empreints de violence et de pessimisme, ils sont souvent lugubres, parfois ironiquement grinçants ; les personnages sont des antihéros désabusés, cyniques et cupides. Par exemple, Blade Runner de Philip K. Dick.

Évidemment, dans un même roman, il peut y avoir un mélange de ces genres. Pour 2058, je dirais que c’est un mélange d’anticipation, dystopie hard SF et cyberpunk, avec une touche d’aventure et de romance.

SFFF
J’allais oublier la SFFF. Sous cette appellation, on ajoute aux romans de science-fiction (SF) ceux de Fantasy (F) et Fantastique (F).
Les histoires de Fantasy se déroulent dans un monde différent de celui que nous connaissons, avec des éléments surnaturels souvent explicables par la magie.
Les histoires de Fantastique se déroulent dans un monde connu, dans lequel surgissent des éléments surnaturels inexpliqués. Ils suscitent souvent de la tension, de la peur, voire de l’horreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *