2058 – Le climat

Le réchauffement climatique

Malgré les promesses des politiciens, malgré l'arrivée au pouvoir des écolos en Europe, le réchauffement climatique n'a pu être contenu.

L'installation des bonnes pratiques a pris beaucoup trop de temps. En fait, ce n'est que lorsque les premiers effets du réchauffement se sont fait sentir que politiciens et économistes ont vraiment pris la chose au sérieux.

Jusqu'en 2030, on a allègrement continué à produire des véhicules thermiques. Le trafic aérien a continué à croître, tout comme l'utilisation d'engrais et l'élevage intensif. Dans le même temps, on continuait à dévaster les forêts. Trop de pays poursuivirent l'exploitation de centrales au charbon et au gaz.

En 2058, les bonnes pratiques sont là, mais il faudra des siècles pour que la situation se normalise.

Les conséquences du réchauffement

Que constate-t-on ?

Bruxelles est victime de canicules fréquentes durant les mois d'été. La température flirte fréquemment avec les 40°. Un vent brûlant agresse les piétons, heureusement protégés par des vêtements thermiques connectés. La sécheresse règne durant les mois d'été, les nappes phréatiques sont réduites à peau de chagrin.

Les habitants de la capitale sont aussi victimes de phénomènes atmosphériques violents :  tempêtes, orages, et ouragans se manifestent fréquemment. Dans le ciel, le rare trafic aérien est perturbé par des turbulences violentes. Il est devenu impossible de rallier le continent européen en survolant l'océan atlantique : les vents peuvent y atteindre les 400 km/h. Les avions qui voudraient le franchir doivent grimper jusqu'à la stratosphère.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *